Rassemblement à la Maison de la presse. Briser le silence - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Rassemblement à la Maison de la presse. Briser le silence

      MERCREDI 15 JUIN 2005  >>     2005


       


Rassemblement à la Maison de la presse


BRISER LE SILENCE



© Le Soir d’Algérie | Mercredi 15 juin 2005
Ilhem TIR


«Les Algériens libres, les intellectuels, les artistes, les travailleurs, les chômeurs et les associations citoyennes doivent se ranimer pour sauver l’Algérie du déclin et du danger totalitaire et s’impliquer dans la vie publique et créer un sursaut démocratique national». Ce sont là les recommandations du Comité pour les libertés qui lance une campagne nationale de collecte de signatures et prend à témoin l’opinion internationale, les partisans de la liberté et les démocrates dans le monde pour soutenir les luttes citoyennes pour le respect des libertés en Algérie.

L’acharnement judiciaire continue de sévir au quotidien. Mohamed Benchicou est devenu plus qu’un symbole d’une liberté d’expression que l’on veut par tous les moyens museler. Son incarcération il y a tout juste un an a ouvert la voie à de nombreuses et lourdes condamnations de journalistes et organes de presse. Son message transmis hier par son frère Mokhtar Benchicou et adressé à tous les Algériens libres avait de l’effet sur les présents : «Restez la voix de ceux qui n’en ont pas, laissez la troupe de supplétifs philosopher avec les bourreaux. Après une année d’incarcération, je puis vous confirmer que la prison est impuissante à enfermer les esprits libres.» Il couronnera son message en soulignant : «On peut bien risquer de ne plus jouir soi-même de la liberté s’il ‘agit de préserver celle des autres, de ceux qu’on aime, de leur épargner la déchéance définitive de la servitude. Nos enfants méritent de vivre dans la lumière.» Un message porteur d’espoir et d’optimisme perçu en cette date symbolique comme un signe d’encouragement pour la continuité du combat. Par ailleurs, l’appel citoyen pour la défense de la liberté a été lancé pour que le 14 juin soit consacré journée nationale des libertés. Cette même journée a coïncidé avec la commémoration des martyrs du 14 juin 2001, Nedjma Fadela, Adel Rezouk, Djamel Saïdani et d’autres journalistes qui ont perdu la vie pour cette liberté tant réprimée. En cette journée commémorative, l’appel citoyen pour la défense des libertés a été lancé à l’intention du président de la République pour libérer le directeur du Matin ainsi que les citoyens détenus arbitrairement. Les signataires de cet appel rappellent les pouvoirs publics à leur obligation quant au respect du pluralisme politique, syndical et médiatique garanti par la Constitution. Le bureau national du Mouvement démocratique et social (MDS), dans un communiqué diffusé hier à la Maison de la presse à l’occasion du rassemblement organisé par le Comité Benchicou pour les libertés, rappelle la marche pacifique du 14 juin 2001 qui «n’avait pas abouti à El- Mouradia et avait été réprimée par le sang» et insiste sur le fait que «Mohamed Benchicou soit soumis à une logique du pouvoir bâtie sur la prédation et le compromis ». Le MDS appelle «les forces politiques et démocratiques à exiger la libération immédiate de Mohamed Benchicou et la cessation de toutes les persécutions dont est victime la presse algérienne». Le 14 juin est désormais consacré journée nationale des libertés en dépit des voies de la répression que le pouvoir excelle d’inventer car il y aura toujours des voix qui s’élèveront contre ces condamnations et trouveront échos pour que vive la liberté d’expression en Algérie. Mohamed Benchicou nous donne rendez-vous pour d’autres printemps.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu