Benchicou recevra le Prix Pen International Barbara Goldsmith, le 18 avril à New York - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Benchicou recevra le Prix Pen International Barbara Goldsmith, le 18 avril à New York

      DIMANCHE 16 AVRIL 2006  >>     2005 | 2006


       


Prix Pen International Barbara Goldsmith pour la liberté d'écrire 2006


BENCHICOU RECEVRA LE PRIX LE 18 AVRIL A NEW YORK



© Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie | Dimanche 16 avril 2006

Mohamed Benchicou, journaliste, auteur de «Bouteflika, une imposture algérienne», incarcéré depuis juin 2004 à la prison d’El Harrach, recevra le 18 avril prochain à New York (Etats-Unis) le prix Pen International Barbara Goldsmith décerné chaque année par l’organisation mondiale des écrivains lors d’une soirée de gala officielle au Musée d’histoire naturelle.

Le second lauréat de ce prix est Rakhim Esenov, journaliste et écrivain turkmène dont les œuvres considérées comme offensantes au président sont interdites. Selon un communiqué de Pen International, la cérémonie de remise des prix sera présidée par Ron Chernow, son président qui succède à Salman Rushdie (2004-2006), Michael Roberts, directeur, et Tina Brown, chroniqueuse du Washington Post. La soirée sera animée par Diane Sawyer, présentatrice de la célèbre émission “Good morning America” sur ABC News. Pour cette vingtième édition du prix Barbara Goldsmith pour la liberté d’écrire, Pen International annonce la participation de prestigieux noms de la littérature mondiale parmi lesquels Billy Collins, un poète émérite dont la lecture des poèmes a réuni à guichets fermés un auditoire de vingt-sept mille personnes à la salle des concerts Arlene Schnitzer de New York, en janvier 2004. Une autre personnalité non moins prestigieuse, David Remnick, rédacteur en chef du New Yorker, lauréat du prix Pullitzer auteur de La tombe de Leninesera également présent. On dit que le rêve de ce Stakhanov américain est de disposer de trente heures par jour… “Pour que Remnick vous accorde enfin une interview de 10 minutes par téléphone, il faut négocier avec trois secrétaires, compter deux tentatives avortées et attendre deux heures de plus que l’heure fixée”, a dit de lui un journaliste newyorkais. Lors de l’annonce solennelle des noms des lauréats le 27 mars dernier, Larry Siems, le directeur de programme de Pen International, leur a rendu hommage pour avoir refusé d’être contrôlés par les gouvernements de leurs pays. “Mohamed Benchicou, par le biais de son journal, et Rakhim Esenov, par ses romans et ses articles, ont contesté les versions officielles au prix de leur liberté. Benchicou en Algérie, un pays où les atteintes aux droits de l’homme persistent et où la liberté de la presse se réduit, et Esenov au Turkmenistan, un pays dont les habitants sont presque totalement coupés de la communauté internationale.” “Pen est fier d’honorer ces deux collègues courageux”, a dit Larry Siems. L’année dernière, le prix Pen Barbara Goldsmith pour la liberté d’écrire a été décerné à titre posthume à Deyda Hydara, correspondant de l'Agence France-Presse (AFP) et de Reporters sans frontières en Afrique, assassiné le 16 décembre 2004, dans la capitale gambienne, et à Ali Al Domaini, intellectuel saoudien, emprisonné dans son pays et libéré depuis. En 2003, cette distinction a été attribuée au journaliste tunisien Zouhair Yahiaoui emprisonné deux années pour avoir créé le journal en ligne TuneEzine.com et en 1991 à Abraham Serfaty qui n’est plus à présenter. Barbara Goldsmith a créé le prix qui porte son nom il y a vingt ans pour mettre à la une les écrivains persécutés ou emprisonnés dans leur pays. Plusieurs d’entre eux ont recouvré la liberté peu de temps après avoir reçu ce prix. Elle est l’auteur de très nombreux ouvrages dont Other powers salué par les critiques et porté à l’écran par le réalisateur Steven Soderbergh avec Nicole Kidman. Elle est elle-même le sujet de plusieurs biographies. Elle est la fondatrice de plusieurs publications dont le New York Magazine et collabore à plusieurs autres dont le New York Times, le New Yorker et le Vanity Fair. Mohamed Benchicou avait reçu en décembre dernier le Prix international de la liberté d’expression 2005 décerné par la Voz del Occidente, revue espagnole éditée dans les Asturies (Nord de l’Espagne).


16 avril 2006


 
Retourner au contenu | Retourner au menu