Benchicou, à sa libération après 2 longues années : «Je ressors intact et déterminé» - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Benchicou, à sa libération après 2 longues années : «Je ressors intact et déterminé»

      JEUDI 15 JUIN 2006  >>     2005 | 2006


       


Mohamed Benchicou a quitté hier la prison


" JE RESSORS INTACT ET DETERMINE "



© La Dépêche de Kabylie | Jeudi 15 juin 2006
Ali BOUKHLEF


L’émotion et la joie étaient, encore, au rendez-vous, hier à la Maison de la presse Tahar Djaout. Mohammed Benchicou, directeur du quotidien Le Matin est libéré dans la matinée après deux ans d’emprisonnement à la maison d’arrêt d’El Harrach.

Bien que l’heure de la libération du journaliste n’ait pas été communiquée, faute d’information, des journalistes, des militants politiques et des représentants de syndicats autonomes ainsi que les délégués du Mouvement citoyen, ont pris d’assaut la Maison de la presse, tandis que les animateurs du comité Benchicou pour les libertés et la famille de l’ex prisonnier attendaient devant la prison.

Emotion et souvenirs


Sorti d’El Harrach à 10h30’, Mohammed Benchicou et ses accompagnateurs, parmi lesquels on pouvait distinguer Bélaid Abrika et Rachid Allouache des archs, Hamid Farhi du MDS et d’autres figures connues ou anonymes, s’est dirigé vers la place de la liberté de la presse, sise à la rue Hassiba Ben Bouali où il a déposé une gerbe de fleurs à la mémoire des journalistes assassinés par le terrorisme, sous les applaudissements des présents et des cris de "pouvoir assassin". Certains présents ont même tenté d’improviser une marche vite stoppée par des organisateurs qui ne voulaient pas créer d’incident. Même scénario devant le hangar de l’ETUSA, où de jeunes journalistes furent fauchées à la fleur de l’age par un chauffeur de bus lors de la marche historique du 14 juin 2001.

C’est sous un soleil de plomb que Benchicou et ses compagnons sont arrivés, enfin, à 11h50’ à la maison de la presse où une foule nombreuse les attendait. Première escale : le siège de son journal fermé il y a près de deux ans, c’est-à-dire quelques mois après son emprisonnement. Benchicou revient sur les lieux de son travail deux années plus tard. Les murs et l’enseigne du quotidien sont toujours là, mais à l’intérieur, il ne reste que de la poussière et quelques souvenirs symbolisés par des notes de service et le mobilier. L’émotion est à son comble et les youyous fusent de partout tout comme les cris de certains militants des archs qui ont repris, à l’occasion, certains de leurs slogans délaissés depuis belle lurette. L’escale ne durera que quelques minutes, puisque le journaliste s’est dirigé, ou il a été dirigé, vers le siège du défunt conseil de l’éthique et de la déontologie, transformé entre temps en bureau du comité Benchicou. Difficile de se frayer un chemin devant le zèle de certains accompagnateurs, notamment des délégués des archs. A l’intérieur attendait un autre journaliste, marocain celui-là. Ali Lemrabet, puisque c’est de lui qu’il s’agit, recevra quelques minutes plus tard le prix Benchicou pour la plume libre. Avant de rejoindre la foule qui attendait, le journaliste fait une visite au Soir d’Algérie, seul journal visité, qui se trouve à quelques encablures de là.

Matoub pour animer la fête


Pendant ce temps, des confrères et des citoyens anonymes s’échangent des propos, partagés entre la joie de voir un journaliste libéré et celle d’une appréhension sur l’avenir de la corporation. Première remarque : hormis les représentants de l’aile de Ali Hocine du MDS, aucun représentant de partis politiques, dits démocrates, n’était présent. Seul l’infatigable Ali Yahia Abdenour a suscité la curiosité des journalistes. "Mohamed Benchicou a quitté sa petite prison pour se retrouver dans cette grande prison qu’est l’Algérie. Il faut lutter pour plus de libertés dans ce pays", déclare entre autres le vieil avocat derrière ses lunettes de soleil.

Pendant que Mohamed Benchicou prenait un peu de recul, les organisateurs ont trouvé une bonne solution pour ne pas ennuyer les présents. Des opus du défunt Matoub Lounès sont diffusés à grands décibels, donnant un cachet de fête à l’évènement. Le soleil brûlant n’a pas dissuadé les présents de rester sur place pour écouter le journaliste libéré et le voir à l’oeil nu.

Vers 13 heures, un des animateurs des archs est enfin monté sur le perron de la maison de la presse pour inviter l’assistance, composée de quelques dizaines de personnes, à se rapprocher. Benchicou apparaît dans une forme époustouflante. Sourires mêlés d’émotion sont visibles sur son visage. C’est le moment de décerner le prix qui porte son nom, dans sa deuxième édition, au journaliste marocain, Ali Lemrabet et à Bachir Larabi. Le directeur du quotidien Le Matin, aujourd’hui fermé, se contentera de quelques phrases, prononcées avec une gorge serrée. "Après deux ans de prison, je ressors intact est déterminé. N’ayez pas peur de leurs prisons. Vous y trouverez des Algériens qui vous aideront. L’Algérie a besoin de liberté et c’est le moment de lutter pour arracher cette liberté", se contentera de dire le journaliste, qui a retenu difficilement ses larmes, avant de donner le prix aux deux journalistes. Et la foule, soulagée, se disperse avec un numéro du Matin, gratuit et symbolique, entre les mains.

Par ailleurs, juste après la cérémonie, le Syndicat National des Journalistes (SNJ), la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) et Reporters Sans Frontières (RSF) ont diffusé des communiqués dans lesquels ils se félicitent de la libération du journaliste et demandent de "poursuivre la lutte".


 
Retourner au contenu | Retourner au menu