Affaire Malik Medjnoun, Amnesty International exige la tenue du procès - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Affaire Malik Medjnoun, Amnesty International exige la tenue du procès

Kabylie > Matoub Lounès > 2011
      JEUDI 28 AVRIL 2011   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Affaire Malik Medjnoun

AMNESTY INTERNATIONAL EXIGE LA TENUE DU PROCES


© El Watan | Jeudi 28 avril 2011 | 01:00
Hacen Ouali

Détenu depuis septembre 1999 et inculpé dans l’assassinat du chanteur Matoub Lounès, Malik Medjnoun n’est pas encore jugé. Selon les proches de sa famille, son procès devrait se tenir le 20 mai prochain.

Pas si sûr, selon l’avocat du détenu, Me Boubekeur Aït Habib. «La date du procès n’est pas fixée, et il ne se tiendra pas dans les prochains jours, car le dossier est encore entre les mains du magistrat instructeur», a affirmé l’avocat, dénonçant le maintien de son client «en détention provisoire depuis presque 12 ans. Un cas unique dans les annales judiciaires». «J’ai introduit une demande de liberté provisoire, mais elle a été rejetée», a-t-il indiqué. De leur côté, les membres du groupe de Versailles d’Amnesty International viennent de relancer sa demande, soit «la libération immédiate de Malik Medjnoun ou la tenue d’un jugement équitable dans les délais les plus courts». Pour accélérer la procédure, le groupe de Versailles a saisi la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples afin «d’intervenir en faveur de Malik Medjnoun auprès du gouvernement algérien».

Le groupe affilié à l’ONG de défense des droits de l’homme, qui se dit «inquiet de l’état de santé» du détenu, a interpellé le ministre de la Justice, garde des Sceaux «pour qu’il use de toute son autorité pour que ce procès ait lieu, que la date en soit connue le plus rapidement possible et qu’il puisse se dérouler dans les meilleures conditions», en demandant, par ailleurs, que «des observateurs étrangers puissent assister à ce procès».

Pour rappel, trois mois après le lâche assassinat du chanteur engagé Matoub Lounès, l’inculpé Malik Medjnoun est arrêté puis accusé pour «complicité d’assassinat» de Matoub Lounès à la suite des aveux faits par Abdelhakim Chenoui, accusé lui aussi du même crime. Le procès devait se tenir le 5 mai 2001 au tribunal de Tizi Ouzou, mais depuis et de report en report, il ne s’est toujours pas tenu. Il faut dire et c’est l’avis même de Me Aït Habib, l’affaire est «otage» des calculs politiques.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu