Tizi Wezzu. 14 manifestants sous contrôle judicaire, aucun policier sanctionné - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Tizi Wezzu. 14 manifestants sous contrôle judicaire, aucun policier sanctionné


       


Tizi Wezzu

14 MANIFESTANTS SOUS CONTROLE JUDICAIRE,

AUCUN POLICIER SANCTIONNE



© Tamurt Info | Mercredi 23 avril 2014 | 22:24
Amenay A.


La commission d’enquête dépêchée par le chef de la police coloniale algérienne, Abdelghani Hamel, a vite sévit. Au moins quatorze manifestants sur les 60 arrêtés et torturés par la police ont été présentés devant le procureur général de Tizi Wezzu, et ensuite placés sous contrôle judiciaire aujourd’hui. La justice algérienne a collé à ces manifestants Kabyles un chef d’inculpation dont les policiers algériens sont coupables, à savoir « atteinte à l’ordre public » !

Un chef d’inculpation pour faire payer à ces manifestants pacifiques les dégâts occasionnés par la brutalité et la sauvagerie de la police coloniale algérienne. En fait, même s’il n’est un secret pour personne que c’est bel et bien les policiers algériens qui sont coupables de tous les saccages occasionnés lors de la manifestation du 20 avril 2014, le procureur de Tizi Wezzu s’entête à coller ce fait à des manifestants pacifiques et civilisés. Un fait qui n’étonne pas, venant d’un régime qui cultive une haine et un racisme viscéral envers le Peuple kabyle. Des témoins oculaires ont vu de leurs propres yeux des policiers saccager les abris bus, des devantures de magasins et autres. Ce sont bien ces policiers qui sont responsables du pourrissement, mais personne ne s’attend à mieux de la part du système mafieux algérien.

La fausse information, faisant état de 5 policiers sanctionnés, distillée par les relais du pouvoir mafieux et despotique algérien, faisant état de cinq policiers sanctionnés est rendu publique par quelques sites d’information. Une information qui s’avère complètement fausse. Après une petite enquête auprès de quelques correspondants de presse à Tizi Wezzu, il nous ait apparu que c’est un ex-gendarme, impliqué directement dans les assassinats de jeunes kabyles en 2001, et qui s’est reconvertis, par miracle, en journaliste qui a ventilé cette fausse information dans les milieux de la presse. C’est également le même « Journaliste-gendarme » qui a mis dans le même sac le MAK, le FIS et les harkis sur un site d’information des plus tendancieux. Un site qui affiche un « à plat ventrisme » des plus minables pour le nain d’Oujda, Bouteflika.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu