Me Boubaker Aït Habib, avocat de Malik Madjnoun : «12 ans de détention provisoire, c’est un cas unique au monde» - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Me Boubaker Aït Habib, avocat de Malik Madjnoun : «12 ans de détention provisoire, c’est un cas unique au monde»

Kabylie > Matoub Lounès > 2011
      MARDI 28 JUIN 2011   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Me Boubaker Aït Habib. Avocat de Malik Madjnoun

« 12 ANS DE DETENTION PROVISOIRE,
C’EST UN CAS UNIQUE AU MONDE »


© El Watan | Mardi 28 juin 2011 | 01:00
Hafid Azzouzi


Le procès de l’assassinat de Matoub sera-t-il programmé en juillet prochain ?

Le travail du supplétif d’information a été clôturé le 16 juin dernier. Le magistrat chargé de ce complément d’instruction a signifié au procureur général la fin de l’enquête. Le procureur général a demandé à la présidente du tribunal criminel de programmer le procès. Malik Madjnoun a eu la visite du président de la cour, qui l’a rassuré quant à la disponibilité de sa structure pour enrôler l’affaire durant la session en cours. Le directeur de la prison lui a confirmé aussi que le procès aura bel et bien lieu en juillet prochain. Malika Matoub a également confirmé que le parquet général l’a assurée que l’affaire de l’assassinat de son frère sera programmée avant la fin de la session criminelle en cours.

Votre mandant est en détention provisoire depuis 12 ans. Un commentaire ?

Le procès doit avoir lieu pour mettre fin au calvaire de Malik Madjnoun qui est en détention provisoire à la maison d’arrêt de Tizi Ouzou depuis plus de 12 ans. Ce cas est unique au monde. S’il est coupable, on se demande pourquoi avoir attendu tout ce temps pour le juger. S’il est innocent, il n’y a pas de mots pour qualifier ce genre de gestion de la détention provisoire, devenue une règle générale au lieu d’être une exception. Si on le condamnait à une période égale à la période de sa détention, ce serait une fuite en avant de la justice algérienne afin de couvrir les vrais assassins de Matoub. Nous insistons sur le fait que nous soyons en parfait accord avec la famille du défunt pour éclaircir cet ignoble assassinat et faire connaître la vérité sur la disparition de Lounès. Notons que ce procès à caractère politique empoisonne plus l’accusé qui, depuis 12 années, clame son innocence, que les vrais commanditaires de ce crime. Le procès de Chenoui et Madjnoun ne résoudra pas la question épineuse de l’assassinat de Lounès Matoub. Pendant que l’ignoble crime contre le chantre de la chanson amazighe se produisait, plusieurs personnes sont prêtes à témoigner que Malik Madjnoun était, à l’heure dite, dans un restaurant du centre-ville de Tizi Ouzou. Aucun citoyen de la région ne doute de l’innocence de mon mandant après près de trois années d’instruction complémentaire. Nous pouvons fournir des preuves à la justice.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu