Assia Djebar     Escritora y cineasta     Assia Djebar, pseudonym of Fatima-Zohra Imalayène     Assia Djebar, Dicthterin, Historikerin, Filmemacherin     Prix de la Paix 2000 des libraires et éditeurs allemands     L'oeuvre d'Assia Djebar     Assia Djebar, par Beida Chikhi     La Maison des Écrivains rend hommage à Assia Djebar     Nomade entre les murs     Discours à Frankfurt: Idiome de l'exil et langue de l'irréductibilité     L'amour, la fantasia     Un écrivain, une femme     Assia Djebar élue à l'Académie française     Le sacre de l'Algérie qui avance     Les palmes et le palmier     «Hommage Immortelle»     Une cherchelloise parmi les grands     Notre honorable aînée     Figure marquante de la littérature algérienne     «Les Nuits de Strasbourg», ou l'Érotique des langues     «La Femme sans sépulture»     Assia Djebar honorée par le président Carlo Ciampi     Le prix Nobel 2004 ira-t-il à Assia Djebar?     Écriture autobiographique dans l'oeuvre d'Assia Djebar     Écriture et interdit dans l'autobiographie d'Assia Djebar

 

 

 

 

 

 

 

07 octobre 2004

Depuis quelques jours, les pronostics donnent Assia Djebar comme future lauréate du prix Nobel. Un choix qui, au-delà de toute considération politique, suscite beaucoup de promesses et rend grâce à une carrière littéraire de plus de 40 ans.


      L’auteur de La Soif, qui parut en 1957 chez Julliard, a fait depuis beaucoup de chemin, se hissant à des niveaux jamais inégalés dans la littérature arabo-maghrébine, bien que je n’aime pas trop utiliser ces clivages qui redimensionnent la littérature dans une sphère bien définie, la distinguant (parfois l’infériorisant) des autres littératures.
      La littérature reste sans frontières, et celle d’Assia Djebar, spécifique, certes, par son écriture et sa préoccupation est transfrontalière, une universalité qui a fait d’Assia Djebar une femme de lettres ayant marqué son époque et son temps tout comme Marguerite Duras, Han Suyin ou encore l’incroyable Carson McCullers.
      L'itinéraire qui mène de Fatima-Zohra Imalayène à Assia Djebar est assez édifiant et ce, en plusieurs points : première femme algérienne à être admise à la prestigieuse Ecole normale supérieure de Sèvres, première femme algérienne à investir le monde théâtral et cinématographique, première Algérienne à enseigner l’histoire et les lettres à la faculté d’Alger puis de Rabat, et elle est aussi le premier écrivain arabe à décrocher le prestigieux prix des libraires allemands en 2000.
      Une carrière de 40 ans vouée à l’écriture, à l’émancipation de la femme algérienne, à l’amour d’un pays déchiré, mais sans cesse renouvelé dans ses écrits et à une identité complexe d’où les interrogations et les inspirations. “Je sais aujourd'hui qu'on peut écrire dans une langue étrangère, l'intégrer à notre imaginaire sans pour autant rompre avec ses racines”, écrivit-elle devant la problématique de la langue rajoutant plus loin : “Je crois, en outre, que ma langue de souche, celle de tout le Maghreb, je veux dire la langue berbère, celle d’Antinéa, la reine des Touareg… Cette langue donc que je ne peux oublier, dont la scansion m’est toujours présente et que pourtant je ne parle pas, est la forme même où, malgré moi et en moi, je dis "non" : comme femme, et surtout, me semble-t-il, dans mon effort durable d’écrivain.”
      L’écriture d’Assia Djebar, qui s’est imposée comme l’un des écrivains majeurs de l’Algérie, est une succession d’émotions, un voyage initiatique dans la pensée féminine — une pensée trop souvent interdite — car stigmatisée par les contraintes. Et, qui sous la plume d’Assia Djebar pour qui la littérature est une histoire de lutte, cette pensée (en somme la femme) se libère de l'emprise des valeurs patriarcales.
      Assia Djebar exploite alors la dimension esthétique du corps en redonnant vie et résistance à des générations de femmes, dont le destin est décrit souvent dans la souffrance, la douleur, mais aussi dans l’espoir, la beauté et la féminité. Assia Djebar, qui consacre toute son écriture à la femme même si cette écriture porte les traces et les cicatrices de la douleur algérienne, une patrie (souvent symbolisée par une femme) mêle habilement ses propres souvenirs d'enfance à l'évocation du passé lointain, la conquête par les Français, la guerre d'indépendance, le passé récent, cette décennie d’horreur qu’a connue l’Algérie.
      Assia Djebar, lauréate du prix Nobel de littérature… On aimerait y croire et fortement même ; en somme, une belle consécration pour la dame de lettres algériennes.