Assia Djebar     Escritora y cineasta     Assia Djebar, pseudonym of Fatima-Zohra Imalayène     Assia Djebar, Dicthterin, Historikerin, Filmemacherin     Prix de la Paix 2000 des libraires et éditeurs allemands     L'oeuvre d'Assia Djebar     Assia Djebar, par Beida Chikhi     La Maison des Écrivains rend hommage à Assia Djebar     Nomade entre les murs     Discours à Frankfurt: Idiome de l'exil et langue de l'irréductibilité     L'amour, la fantasia     Un écrivain, une femme     Assia Djebar élue à l'Académie française     Le sacre de l'Algérie qui avance     Les palmes et le palmier     «Hommage Immortelle»     Une cherchelloise parmi les grands     Notre honorable aînée     Figure marquante de la littérature algérienne     «Les Nuits de Strasbourg», ou l'Érotique des langues     «La Femme sans sépulture»     Assia Djebar honorée par le président Carlo Ciampi     Le prix Nobel 2004 ira-t-il à Assia Djebar?     Écriture autobiographique dans l'oeuvre d'Assia Djebar     Écriture et interdit dans l'autobiographie d'Assia Djebar

 

 

 

 

 

 

 

 11 mars 2002

Pareille à un archéologue fourrageant les entrailles de la terre, une fois encore Assia Djebbar revient vers des chemins souvent explorés, dont on pensait qu'elle en avait épuisé tous les détours et percé tous les secrets. Une fois encore, le lieu des fouilles est Cherchell, sa ville natale, l'antique Césarée « son nom du passé, Césarée pour moi et à jamais », avec qui, on le sait, elle entretient une connivence, une intimité qui s'amplifie avec la distance et le temps. En arpentant les sentiers de l'histoire de son pays et en labourant ce champ fertile qu'est la mémoire des femmes, anonymes de toutes conditions et de tous milieux, campagnardes ou citadines, bourgeoises oisives ou paysannes laborieuses, notre romancière (actuellement professeur à l'Université de New York et membre de l'Académie royale de Belgique où elle occupe le siège de Julien Green) réussit, avec son dernier roman, La Femme sans sépulture, à remonter à la surface de l'oubli de resplendissants portraits de femmes.


Dès les premières pages, elle prévient son lecteur : ce livre relatant la passion de Zoulikha Oudai, une résistante de la guerre d'Indépendance, une histoire recueillie au printemps 1976 lors du tournage d'un film sur les femmes du mont Chenoua, est plus qu'un simple témoignage ou un documentaire historique. Aux côtés de l'héroïne, à qui fut à l'époque dédié ce film, aujourd'hui au centre de ce livre, on croisera d'autres personnages qui « sont traités ici avec l'imagination et les variations que permet la fiction () ».
Pour qui connaît l'oeuvre de Assia Djebbar, La Femme sans sépulture se situe dans une démarche littéraire entamée avec Femmes d'Alger dans leur appartement (1980) et poursuivie avec Vaste est la prison (1995) ; il est dans la continuité de cette tradition romanesque et c'est sans doute la raison pour laquelle, dès le prélude, certains ressentiront comme une impression de déjà-vu, un goût de déjà-lu Ici encore, fiction et réalité se côtoient et se soutiennent mutuellement sans que l'une écrase l'autre : l'imaginaire a la texture du réel, se confond avec lui et inversement, au point que des êtres authentiques et ordinaires se muent en personnages romanesques. L'auteur, après avoir planté le décor et présenté les protagonistes, puis tiré les rideaux dans l'épilogue en usant du je, s'éclipse de la scène en tant que tel pour devenir l'« invitée », la « visiteuse », l'« étrangère » qui, fondue dans le choeur des diseuses, tantôt mêle ses souvenirs à ceux des témoins de la passion de Zoulikha et participe ainsi au travail de reconstitution, tantôt se tait pour mieux écouter la confidence des autres conteuses.
Rien dans ce livre ne nous est totalement inconnu, rien n'est vraiment nouveau, ni les voix des diseuses, parfois réelles, parfois imaginaires, ni le timbre de l'auteur dont on entend le souffle, c'est-à-dire la langue, ce qui reste dans l'oreille même lorsqu'on a oublié le récit lui-même, et qui est la marque des grands écrivains. Car, derrière l'intrigue du roman qui pourra sembler rebattue à un lecteur algérien conditionné par une actualité lui dictant ses choix de lecture, un lecteur devenu progressivement sourd à toute littérature qui n'aurait pas cette actualité pour trame, il y a la musique inimitable de la prose d'Assia Djebbar qui s'impose et nous force à aller au bout de ce voyage dans le passé.
Chaque mot, chaque confidence extrait de la boue de l'oubli par l'auteur de Loin de Médine déblaye le destin individuel de Zoulikha et, au-delà, celui de toute une génération de mères et de filles, avant et après l'Indépendance. Ces trésors rassemblés avec la patience d'un chercheur d'or, remontés comme un puzzle, finissent par former une mosaïque « selon le modèle des mosaïques si anciennes de Césarée de Mauritanie », au centre de laquelle brille la figure de la maquisarde arrêtée par l'armée coloniale en 1957 et disparue sans sépulture. Un ensemble de voix se relayent inlassablement pour tisser cette fresque. Parmi elles, celles de l'aînée de Zoulikha, Hania, l'apaisée, et de sa cadette Mina, l'inconsolée. Et puis, venue du quartier des Douaretes, Dame Lionne « Lla Lbia » qui, déroulant l'écheveau de sa mémoire, resté intact malgré le temps, se souvient : la nuit de l'assassinat des trois fils Saâdoun, la rage des tueurs ivres d'alcool et de haine, et les femmes dans les patios, sur les terrasses, retenant leurs garçons ou guettant le retour des imprudents avec, sur leurs lèvres, déjà les psalmodies du deuil Mais a-t-elle vraiment existé cette Dame Lionne ou fait-elle partie de ces « variations que permet la fiction » ? Allez savoir !
Assia Djebbar aime à brouiller les pistes, à abolir la frontière entre passé et présent, entre morts et vivants. Mais c'est toujours pour une plongée dans le mouvement de l'histoire, un retour au passé afin de répondre aux interrogations du présent.
Quant aux morts qui pourrait mieux témoigner des inquiétudes et de la douleur de cette femme marchant au-devant de sa tombe en haranguant la foule lâche qui la regarde partir vers son destin, sinon elle-même ?
Et voici comment, une fois encore, les morts investissent la parole et l'histoire. Voici pourquoi la femme sans sépulture revient hanter les ruelles et les terrasses, la place romaine et le phare, les fontaines et les patios de sa ville antique et raconter dans un monologue destiné à l'enfant, devenue femme à son tour, ses ultimes instants.

Assia Djebar : La Femme sans sépulture, roman, Editions Albin Michel, Paris, 2002.