Assia Djebar     Escritora y cineasta     Assia Djebar, pseudonym of Fatima-Zohra Imalayène     Assia Djebar, Dicthterin, Historikerin, Filmemacherin     Prix de la Paix 2000 des libraires et éditeurs allemands     L'oeuvre d'Assia Djebar     Assia Djebar, par Beida Chikhi     La Maison des Écrivains rend hommage à Assia Djebar     Nomade entre les murs     Discours à Frankfurt: Idiome de l'exil et langue de l'irréductibilité     L'amour, la fantasia     Un écrivain, une femme     Assia Djebar élue à l'Académie française     Le sacre de l'Algérie qui avance     Les palmes et le palmier     «Hommage Immortelle»     Une cherchelloise parmi les grands     Notre honorable aînée     Figure marquante de la littérature algérienne     «Les Nuits de Strasbourg», ou l'Érotique des langues     «La Femme sans sépulture»     Assia Djebar honorée par le président Carlo Ciampi     Le prix Nobel 2004 ira-t-il à Assia Djebar?     Écriture autobiographique dans l'oeuvre d'Assia Djebar     Écriture et interdit dans l'autobiographie d'Assia Djebar

 

 

 

 

 

 

 

 

(Pseudonyme de Fatima-Zohra Imalayène)

Née à Cherchell le 4 août 1936. Père instituteur, ancien élève de l'École Normale de Bouzaréa avec Mouloud Feraoun. Études en Algérie jusqu'à propédeutique, fac. d'Alger 1953-54. Khâgne à Paris, lycée Fénelon. Première Algérienne à être admise à l'École Normale Supérieure de Sèvres en 1955. Arrête ses études en 1956 après avoir participé à la grève des étudiants algériens. Son premier roman a un grand succès en France, certains la comparant à Françoise Sagan. Djebar se marie en 1958 à un membre de la résistance algérienne et collabore au journal El Moudjahid en faisant des entretiens avec des réfugiés algériens -surtout des femmes- à Tunis et au Maroc. D.E.S. en Histoire. En 1959 elle enseigne l'histoire à l'Université de Rabat, et à partir de 1962 à l'Université d'Alger. Elle travaille aussi dans la presse et la radio algériennes.

Vers la fin des années 70 elle commence à étudier l'arabe classique, et s'intéresse au théâtre et au cinéma, qu'elle enseigne aussi à Alger. En 1979 Djebar reçoit le Prix de la critique internationale du Festival de Venise pour son film "La Nouba des femmes du mont Chenoua".

A partir de 1980 elle reprend l'écriture romanesque avec Femmes d'Alger dans leur appartement et s'installe à Paris, où elle travaille au Centre Culturel Algérien. Mariage avec le poète Malek Alloula.

Doctorat ès lettres à l'Université Paul Valéry-Montpellier III, avec une thèse sur son oeuvre. De 1997 à 2001 elle est professeur et directrice du Center for French and Francophone Studies de Louisiana State University, et à partir de 2001, Silver Professor à NYU (New York University). Docteur honoris causa de l'Université de Vienne (Autriche, 1995) et de l'Université de Concordia, Montréal (2000). En 1999 elle est élue membre de l'Académie Royale de Belgique et nommée Commandeur des Arts et des Lettres en France (2001).

Parmi les nombreux prix littéraires reçus se détachent: le prix Maurice Maeterlinck (Bruxelles, 1995), le prix Neustadt pour sa contribution à la littérature mondiale (USA, 1996), le prix Marguerite Yourcenar pour Oran, langue morte (USA, 1997), le prix international de Palmi (Italie, 1998), la Médaille Vermeil pour la Francophonie (Académie Française, 1999) et le prix de la Paix des éditeurs et libraires allemands (Francfort, 2000).